Radio Campus Tours – 99.5 FM

Actualités sociales, culturelles et universitaires locales, découvertes musicales, documentaires sonores et ateliers radio.

Cette semaine on aime [01.03.2021]

The very big experimental toubifri orchestra – le costume

Sortie de l’album “Dieu poulet” le 30 avril 2021

https://theverybigexperimentaltoubifriorchestra.bandcamp.com/album/dieu-poulet

chez Inouïe Distribution


The Very Experimental Toubifri Orchestra est une expérience sensorielle qui devrait être agréé par l’OMS. 18 musiciens aux idées furieuses et à l’ardente impétuosité qui exercent leur vigueur depuis bientôt dix ans. Ce Magma polychrome, génial concentré de jazz foufou prépare un album pour le printemps : ‘‘Dieu Poulet”, oeuvre avec peu d’analogue et probablement appelée à retentir.

Le titre ”Le Costume” réconcilie jazz-rock, textile et décontraction à faire vibrer les boutons comme des compteurs Geiger. Chaque note produit un tonnerre d’éclats de délices et des rugissements de béatitude. Guettez leur passage près de chez vous et préparez vous à une tempête sonore.

Pedro Bienemann – Aleluia

EP “Vulgo” sorti le 13 novembre 2020

chez Matraca Records


R’n’B ou musique de l’âme, appelez ça comme vous voulez. Reste que cette musique nous rappelle que la somme des malheurs du monde n’est rien d’autre que l’addition de la passion des vivants.

Le brésilien Pedro Bienemann a sorti son EP en janvier 2021, ‘‘Vulgo”. Le terme joue sur la polysémie portugaise de peuple, commun et surnom.

Dans le titre ”Aleluia”, on se retrouve dans une atmosphère planante au tempo ralenti, enrichie par l’approche de beatmaker de Pedro Bienemann. Ces scansions de voix lascive forment un appel à prendre la route pour aller surfer tranquille en Vendée.

Rockin Squat – NY Network

sorti sur l’album 432Hz, clip sorti en décembre 2020

chez Univers432


Et si on révisait l’Histoire? La grande Histoire, oui, celle avec un grand H, celle du mouvement hip hop, qui d’épiphénomène new-yorkais, s’est étendu à tout le continent nord-américain avant de traverser l’Atlantique et de convertir une poignée de minots parisiens et marseillais aux boom bap, au graff, au break et aux platines.

Rockin Squat en a été un pionnier et l’oeuvre, magistrale, du groupe Assassin a marqué durablement le rap français. En décembre, Matthias Cassel (son vrai nom) nous lâche donc un clip qui fourmille de références au hip hop new-yorkais et il faut voir le clip plusieurs fois pour saisir l’ensemble des clins d’oeil lâché par celui qui n’est pas devenu “l’esclave de notre société”. On découvre donc avec malice, les pochettes des albums de Nas, des Beastie Boys, de Notorious Big, du Wu Tang Clan et du cultissime “Midnight Marauders” d’A Tribe Called Quest.

A minuit, Rockin Squat rodait lui aussi, sur les chemins de fer de la capitale, ou de la “Big Apple”, Jordan aux pieds. C’est le témoignage historique d’un “NY Network” à la hauteur des pionniers auxquels il rend hommage.

Voyou & Ladaniva – Malika

clip sorti le 19 février 2021

chez Les Disques Entreprise


Vous prenez un musicien touche-à-tout, vous ajoutez une chanteuse polyglotte, une trompette, un grain d’image volontairement suranné et vous obtenez “Malika”, le titre en duo de Voyou avec Jacqueline Baghdasaryan.

Le titre est un bonbon acidulé dansant et qui fleure bon le printemps. Jacqueline Baghdasaryan y interprète Malika, reine orientale de plateau télé égyptien du début des années 90.

Capable de chanter en arménien, en russe et en serbe, la chanteuse de Ladaniva ajoute une nouvelle corde à son arc en se mettant dans la peau d’une grande voix de la musique arabe.

Voyou rappelle qu’il est avant tout un trompettiste confirmé avant d’être un chanteur, chose qui lui sied très bien d’ailleurs, sa présence se fondant parfaitement dans l’esprit “kitsch” du clip. On aime déjà l’album éponyme de Ladaniva, on aime tout autant la pastille ensoleillé qu’ils nous envoient donc pour démarrer le printemps en compagnie d’une reine d’Egypte.

La Fine Equipe – Don’t panik

sorti sur l’EP “Cycles” le 28 février 2021

chez Nowadays Records


La Fine Equipe est une équipe de quatre, en l’occurence: OOgo, Chomsky, Mr Gib et Blanka.

Comme les quatre beatmakers ne savent pas choisir entre électro, soul et rap, alors ils concoctent ensemble des morceaux survitaminés où les beats donnent une vraie épaisseur qui ne nous fait absolument pas paniquer, mais secouer la tête.

Ils sont rejoints par Gaël Faye sur le titre “Pemmican” et sont donc une Fine Equipe de cinq, soit le nombre parfait pour un futsal ou pour un morceau très rap. Ils sont toujours cinq avec Penelope Antena pour “On point”, davantage électro dreamy. Le “Happy end” est construit sur une boîte à rythmes quelque part entre afrobeat et pogo de fin de concert.