Radio Campus Tours – 99.5 FM

Actualités sociales, culturelles et universitaires locales, découvertes musicales, documentaires sonores et ateliers radio.

Cette semaine on aime [26.04.2021]

Jobby Valente – Mi Moin Mi Ou

Extrait de la compilation de Guts “Straight From The Desks 2”

Sorti le 2 avril 2021 chez Heavenly Sweetness (Pura Vida)


Le DJ curateur Numero Uno des musiques tropicales dans l’hexagone est de retour avec une nouvelle compilation nous présentant quelques unes des pépites qu’il a toujours sous le coude pour ses sets et autres performances live. Comme dans le premier volume du projet, Guts livre une sélection multiple et savamment colorée proposant sons originaux ou remixés.

Le titre de Jobby Valente, chanteuse et actrice Martiniquaise est très clairement une des bombes de cette sortie, une biguine parfois enflammée, parfois “skankée” jonglant entre minimalisme musical et densité des choeurs. Un “dancefloor killer” comme on aime à dire et un joli rappel au fait que l’été est en train de généreusement se rapprocher.

Kasai Allstars – Olooh, A War Dance For Peace

Extrait de l’album  “Black Ants Always Fly Together, One Bangle Makes No Sound”

A sortir le 30 avril chez Crammed Discs


Depuis 2005, les Kasai Allstars marquent de leurs griffes la mouvance dite des “musiques du monde”. Des sonorités qu’eux seuls sont capables de produire, membres à part entière de la débordante scène contemporaine Congolaise (RDC) qui réserve un lot de surprises qui semble inépuisable tant elle est riche et novatrice.

Ce nouvel album, qui sort sur le si excellent label Belge Crammed Discs, est encore une nouvelle étape dans le cheminement du groupe qui, ici, prend le parti d’y intégrer sa “propre approche de la musique électronique”. Le titre que l’on vous propose est une rencontre entre percussions vives, guitares influencées Rumba, Likembé électrifié et chants dignes d’une ballade, une réunion qui colle parfaitement aux mots choisis pour nommer ce morceau. On entendrait presque la rivière Kasai couler à son écoute. 

Anderson Quevedo Trio – Das Tres As Seis               

titre issu de l’album éponyme “Anderson Quevedo Trio”

sorti le 29 janvier 202 chez umbilical


Et hop, encore un musicien de jazz brésilien qui sort un projet solo. Aujourd’hui c’est Anderson Quevedo, saxophoniste, installé à São Paulo,  amouraché du jazz fusion estampillé seventies. Sideman de nombreuses formations : Bixiga 70, Trupe Chá de Boldo, A Espetacular Charanga do França, Criolo, João Donato, Elza Soares, Tulipa Ruiz, Criolo, Emicida, etc.. etc… ça signifie surtout que ce soufflant pèse dans le milieu de la NMPB (Nova Musica Popular Brasileira, autrement dit, les musiques brésiliennes du XXIe siècle).

Dans le titre Das Tres As Seis, on a l’impression d’être en 1973, l’époque où les jazzeux amplifient leurs instruments, ingèrent les éléments du funk et n’hésitent pas à placer des solos tortueux sur de nombreuses mesures. Les plus attentifs auront reconnu le style de Steve Grossman époque Stone Alliance.

Meridian Brothers & Conjunto Media Luna – Extraños juegos

titre de la compilation “Futur Antérieur – bongo Joe 5 years”

sorti le 16 avril sur le label Bongo Joe Records


Pour fêter ses cinq ans d’archéologie musicale et d’explorations tropicales, le label Bongo Joe Records nous offre une compilation de titres d’artistes qui gravitent dans la galaxie Bongo Joe. Au menu: du groove pysché, des synthés venus des années 80, des sonorités turques et mauriciennes et de la cumbia.

Avec le titre “Extraños juegos” on rejoint donc la Colombie et ses rivages caribéens. On sillonne sur un rythme saccadé la côte de Cartagena à Barranquilla à bord d’una guagua (bus surchargé, en passagers comme en couleurs) qui crache maracas, flûte, tambourins et accordéon.

Avec les Meridian Brothers et le Conjunto Media Luna on est servi: la cumbia part dans des sonorités psychédéliques façon cumbia et chicha péruviennes circa 1980.

Les Medirian Brothers ont toujours mêlé l’électronique aux musiques colombiennes (cumbia, salsa et chicha) qu’ils interprètent ici avec des paroles qui questionnent les étranges jeux de la jeunesse actuelle.

Only DrugsMagellan

Titre issu de l’album “Music dance for that who not dance”

sorti le 12 février 2021 chez Green Panorama Records


On prend une fusée Soyouz et on reste allongé dans le fauteuil enveloppant de sa capsule Vostok pour écouter ce titre cosmique du groupe moscovite Only Drugs.

La musique d’Only Drugs s’inspire de Robert Miles et Kraftwerk. Si Kraftwerk avait une préférence pour le train (avec son “Trans Europe express”), Only Drugs préfère le cosmos et nous envoyer rejoindre Gagarine et Leonov, là où le vide est absolu et le fond absolument noir. L’album “Music dance for that who not dance” est accompagné de clips et visuels très colorés, cartoonesques et pop-culture, et se conclu par le titre “Magellan”.

Le navigateur portugais n’est jamais allé au bout de son tour du monde (devancé par son esclave Henrique de Malacca), mais a laissé une trace indélébile dans l’esprit de tous les pionniers des mers, des grands espaces et du cosmos et donné son nom à un nuage d’étoiles visible depuis l’hémisphère Sud.

Avec le titre “Magellan” on a clairement la tête dans les étoiles, avec cette techno souple, au rythme répété et profond qui invite à l’écoute le nez vers les étoiles, dans une nuit noire hors des villes, ou au coeur de celles-ci, surtout si elles s’appellent Moscou, Berlin, Bruxelles ou Mannheim.