Radio Campus Tours – 99.5 FM

Actualités sociales, culturelles et universitaires locales, découvertes musicales, documentaires sonores et ateliers radio.

[Playlist] Dédé Saint Prix – Koktèl Chouval Bwa

Artiste : Dédé Saint Prix

Album : Koktèl Chouval Bwa

Label : Aztec Musique

Genre : Chouval Bwa

Soundcloud


Actif depuis près de 40 ans en Martinique, l’ambianceur Dédé Saint-Prix sort un album chez Aztec Musique ”Koktel Chouval Bwa”. C’est un hommage aux musiques qui l’ont bercé, cette bande son des sociabilités populaires des caroussels de son enfance: le chouval bwa. C’est à dire ces ambiances joyeuses de brassage inter-générationnel et trans-classe des fêtes foraines rythmant l’année, rassemblant tout un village dans un espace dédié à la fête.


Pour parler de Dédé Saint Prix, on pourrait évoquer sa polyvalence (chanteur, flutiste, percussionniste), son engagement communautaire (instituteur, éducateur, formateur), sa fonction de pivot des musiques antillaises. Je choisirais ici de souligner son sens de la transmission. Rappelons quand même qu’il a joué avec Malavoi, La Selecta, a créé les collectifs Pakatak et Avan Van des formations expérimentales de recherche rythmique. Il maîtrise la plupart (si ce n’est tous) des rythmes de la Caraïbe : salsa, calypso, reggae, compas.


Educateur plus qu’activiste politique; passeur de culture plus que moralisateur ; ironique plus qu’amer, il a su faire sienne cette maxime de La Fontaine ”Les délicats sont malheureux, rien ne saurait les satisfaire”. Considérant ainsi qu’il est primordial de transmettre des pratiques pour pouvoir agir, d’aller de l’avant plutôt que de creuser la fosse de la rancoeur. Dans cet album, Dédé Saint Prix moque la fausse indolence prêtée aux antillais, relève les paradoxes métropolitains, nomme de dures réalités. Il dépeint aussi l’atmosphère taquine du milieu rural, aborde les faits d’actualité de son île, ou la force de la pensée et de la parole.


Entouré de formidables musiciens, l’album démontre l’extraordinaire compacité des musiques antillaises. Pour rappel : il n’y a pas de conservatoire aux Antilles ; et pourtant, la scène y est toujours hyperactive, novatrice et érudite. Pour qui a su apprécier les dansantes cadences et biguines, les fiévreux kompas et zouk ; le rogue Ka, saura savourer le chouval bwa de Monsieur Saint Prix.

C’est à l’oeuvre, qu’on connaît l’artisan.