maggot-brain

Sur La Route De Manille

Épisode du vendredi 14 avril 2017

 

Télécharger | Ecouter le podcast dans une nouvelle fenêtre

 Et non pas « Sur la route de Memphis », hein, j’aime bien le père Eddy Mitchell, en tout cas davantage que Johnny « Ah Que Coucou! » Halliday, avec « La Dernière Séance » il nous a offert pas mal de bons westerns, et de la science fiction aussi si je me souviens bien, à l’époque où « chaînes de service public » signifiait « culture et divertissement », c’est bien loin tout ça, même « Derrick » est parti. Oui j’adore cette série, ça doit être ma germanophilie très poussée. Et oui, en Allemagne ils savent y faire avec les festivals heavy metal, et depuis les années 80, que ce soit la version teutonne des « Monsters Of Rock », puis le Wacken Open Air, le Bang Your Head fest, le Party San Open air, et puis le Keep It True entre autres. Certes en France on a le Fall of Summer depuis peu ( non, le Hellfest ne compte pas, vu qu’il a perdu sa « spécificité », cela dit cette année Verbal Razors, Hirax et Komintern Sect s’y produisent…), mais il y a bien 20-25 ans de décalage avec nos voisins d’Outre Rhin. Cela étant posé (oui parlons comme si on appartenait non pas à un quarteron de généraux mutins en retraite mais à l’escouade des onze, la « fine équipe des Onze »), nous parlons de la route de Manille car nous abordons le cas du groupe MANILLA ROAD qui existe depuis 1977 et fête ses 40 ans donc notamment au Keep It True fest de cette année avec un double set spécial, le normal on va dire, avec le line up actuel, et un set old school avec le batteur d’origine, Randy « Thrasher » Foxe. Manilla Road… ça remonte à loin, loin, loin… Je me souviens des articles, enfin surtout chroniques de disques dans Enfer, Hard Rock mag, Metal Attack, le premier et le troisième piquaient sérieusement du nez lorsque je me suis plongé dans le monde du hard (rock) et du heavy metal, 86-87. Ca ne passait pas chez Zégut et à peine sur les émissions FM comme « No Speed Limit » ou bien plus tard « Metal Force », mais on remarquait les pochettes empreintes d’heroic fantasy. J’ai fini par acheter leur album le plus connu je pense, « Open The Gates », en cassette au milieu des années 90, pas si mal que ça, plus proche de Skorpions ou Maiden que de Metallica ou Helloween… Cependant à ce moment je baignais dans le thrash/death, donc…fast forward 2016, ils jouent au Fall Of Summer, l’occasion de voir le groupe en chair et en os, et je n’ai pas été déçu. Manilla Road est accessible (n’est-ce pas Bodycount au Hellfest pour ne citer qu’eux), l’interview vaut largement le détour, la musique aussi. Pour finir, le sommaire, du Yazid, Clash, orchestre Super Mazembe  pour saluer les « indésirables » en ces temps incertains et électoraux, Manilla Road, Cirith Ungol (également présent au Keep It True), Venom (pour rendre hommage au manager Eric Cook), Black Death, qui dit mieux?

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment