Artiste : Graveola
Album : Cameleão Borboleta
Label : Mais Um Discos

Genre : Tropicalisme

Site du groupe

Porte flambeau de la scène tropicaliste brésilienne, le groupe Graveola sort son 5e album sous la même fidèle ligne d’une musique riche et joyeusement déliée. Toujours ce Brésil coloré, toujours ces mélodies aériennes, toujours cette finesse dans la progression des titres, toujours ces surprises, toujours ses onomatopées ; le tout évoquant les débuts de Tom Zé ou les productions circadiennes de Rogério Duprat.

Initialement appelé Graveola e o Lixo Polifonico, traduisible par le ”Bazar et les restes polyphoniques”, les membres se sont rencontrés sur les bancs d’une école de cinéma de Belo Horizonte. Forts d’une certaine érudition musicale, ces jeunes hippies se lancent d’abord dans des EP assez foutraques où riffs de guitares, batida et harmonies vocales se mêlaient à des sons inattendus ; leur cuisine évoquant la bande son d’un film expérimental, un kaléidoscope sonore. Leurs références répétées au tropicalisme 70’s – oscillations entre combats sociaux et invitations à la contemplation sur fond de  musique psychédélique chantée en portugais- amena à ce que Caetano Veloso les parraine en tant qu’héritiers du mouvement. Tournées en Europe (ils jouissent d’une belle notoriété en Angleterre et au Portugal), en Amérique du Sud, ils se font les mains sur scène et arrivent aujourd’hui avec cet album parfaitement produit et construit.

Disposant d’une totale liberté rythmique, d’auteurs inspirés et d’une multitude d’idées tant visuelles que sonores, l’album déroule dans une atmosphère sereine où cette douce ambiance est parfois bousculée par une accélération de tempo ou une trouvaille harmonique. La recette tropicaliste est encore une fois parfaitement appliquée : fusion de samba, de pop psychédélique et de rock progressif.
On a pas fini de se réjouir d’écouter cette troupe à la musique radieuse apportant un souffle moderne aux musiques brésiliennes.

En cadeau souvenir, leur tube ”Desdenha” de l’album Eu Preciso De Um Liquidificador (2012).

 


No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment